Droit et internet

Les black houses de Lewis et Harris

mercredi 26 août 2009

La black house était l’habitation traditionnelle des gens modestes sur l’île de Harris/Lewis jusqu’au début du vingtième siècle.

"Black house, maison noire"... parce que leurs habitants se chauffaient au feu de tourbe et qu’il n’y avait pas de cheminée, la fumée s’échappait donc comme elle pouvait, à travers les interstices du toit, colorant au passage l’ensemble d’un noir "fumée" qui a laissé son nom...

(Black house avec son tas de briques de tourbe à côté)

Cette fumée "parfumait" tout autour d’elle, les murs, les meubles, les habitants, les vétements (même le harris tweed qui était fabriqué sur place embaumait la tourbe brûlée).

Cette odeur était associée aux highlands dans l’esprit de tous les britanniques, (en anglais populaire, "peat and rick" (tourbe et fumée) évoque les écossais.

Ce type de construction était très répandu dans toutes les highlands au XIXem siècle. Aujourd’hui, elles sont devenues rares, en raison de leur fragilité aux intempéries lorsqu’elles ne sont pas régulièrement entretenues.

Le mode de construction des black houses

Ce sont des bâtiments entièrement construits en pierres sèches, sans aucun ciment ni mortier, juste des pierres avec un remplissage central de terre.

Le toit est constitué de chevrons recouverts de mottes de gazon puis de chaume de paille, le tout arrimé par un complexe réseau de cordes lestées avec des pierres.

Et croyez-moi, il faut bien cela pour résister aux vents venant de l’océan atlantique.

Le plan était celui de la longère, un bâtiment avec une entrée unique pour les humains et les animaux, une cloison séparait les uns des autres à l’intérieur.

Le toit était laissé nu dans la partie réservée aux animaux, mais les plus riches parmi les gens modestes revêtaient l’intérieur de panneaux de bois

L’ancienneté des black houses en Ecosse

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les black houses ne sont pas anciennes, rares sont les traces de ce type de construction antérieures à la fin du XVIIIem siècle. On suppose que les habitations plus anciennes étaient faites de terre et de chaume, ce qui explique qu’elles n’auraient pas survécu.

Pourtant, la fabrication de bâtiments en pierres sèches remonte dans la région à la fin de l’antiquité, comme le prouvent les brochs

Ces black houses me font irrésistiblement penser aux bourrines vendéennes, qui étaient encore nombreuses lorsque j’étais enfant dans les années et que nous allions passer nos vacances là bas en famille.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0