Droit et internet
Accueil du site > Y’a pas que le droit > Humour du droit > Quand la Cour de cassation n’apprécie pas :

Quand la Cour de cassation n’apprécie pas :

jeudi 2 octobre 2008

Les juges de proximité sont souvent critiqués. Celui ci méritait le sans doute, ainsi que la censure de la cour de cassation.

Attendu que toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue par un tribunal impartial ;

Attendu que, pour condamner Mme X..., le jugement retient notamment "la piètre dimension de la défenderesse qui voudrait rivaliser avec les plus grands escrocs, ce qui ne constitue nullement un but louable en soi sauf pour certains personnages pétris de malhonnêteté comme ici Mme X... dotée d’un quotient intellectuel aussi restreint que la surface habitable de sa caravane, ses préoccupations manifestement strictement financières et dont la cupidité le dispute à la fourberie, le fait qu’elle acculait ainsi sans état d’âme et avec l’expérience de l’impunité ses futurs locataires et qu’elle était sortie du domaine virtuel où elle prétendait sévir impunément du moins jusqu’à ce jour, les agissements frauduleux ou crapuleux perpétrés par elle nécessitant la mise en oeuvre d’investigations de nature à la neutraliser définitivement" ;

Qu’en statuant ainsi, en des termes injurieux et manifestement incompatibles avec l’exigence d’impartialité, le juge a violé le texte susvisé"

P.-S.

Arrêt du 14 septembre 2006, 2ème Chambre civile de la Cour de cassation.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0